Carbon 3D imprime en CLIP

On connaissait déjà le FDM, le SLS, le SLA ou encore le poli-jet pour imprimer en 3D. Chacune de ces technologies comporte certains avantages et inconvénients propres à leurs procédés. Ces dernier mois on a vue une série de fabriquants cherchant à repousser les limites de ces procédés d’impression pour nous proposer des produits toujours plus performants. Ce n’est pas le cas de Carbon 3D.

Carbon 3D

Au lieu de chercher à ameliorer un procédé d’impression, la start up canadienne basée à Vancouver à choisie de repartir à zéro en créant sa propre technologie: CLIP pour Continuous Liquide Interface Production.

Ok ça ressemble beaucoup à du SLA par le procédé: une résine photosensible durcie par projection de de lumière. Mais Carbon 3D a apporté sa touche personnelle pour complètement changer la technologie: l’oxygène.
Avec la SLA « classique » le plateau d’impression remonte (sur l’axe « Z ») pour laisser la résine se repositionner dans le bac puis redescend afin d’imprimer la couche suivante.  Le fait d’oxygéner le bac, la couche durcie ne ce situe plus dans le fond du bac, mais légèrement au dessus. De ce fait le plateau n’est pas obligé de remonter et de se repositionner, ce qui permet d’imprimer en continu. Comme toujours c’est plus clair avec des dessins:

Résultat: une productivité accrue et un éventail de matériaux encore plus large.

Impression 3D CLIP par Carbon 3D

Carbon 3D annonce la couleur: son objectif est de proposer une imprimante capable de produire des produits finis, tant sur le plan résolution que sur le plan résistance technique. Comme vous pouvez le constater sur l’image de « Une  » de cet article, le procédé CLIP se différencie des autres technologies 3D par l’absence de strates dues à l’impression couches par couches.

Cette technologie devrait donc (sur le papier) permettre à l’impression 3D de se faire une place dans l’economie réelle et la sortir de son carcan d’outils de prototypage ou joujou pour geeks… à suivre…

References3D
Fondateur at REFERENCES3D
Issu du secteur de la bureautique (2D), j'ai découvert l'impression 3D en 2012: "un nouvel univers avec des possibilités infinies."
Face aux difficultés de trouver des supports de qualités dans la langue de Molière, j'ai décidé de créer References3D en janvier 2014 pour partager mon expérience mais surtout fédérer tous les volontaires autour de notre jeune passion.
Aujourd'hui, j'aide les entreprises à intégrer cette technologie (lorsque cela est possible) et à trouver les partenaires les plus adaptés à leurs besoins.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *